Le chef de l'état a présidé une réunion de sécurité élargie à la monusco et à la force régionale de la Communauté d’Afrique de l'Est.

actu image

Après plusieurs années de partenariat entre la RDC et la Monusco, l'heure est venue pour la reévaluation de ce partenariat stratégique. 
Le Conseil de sécurité a récemment renouvellé pour un an le mandat de la Monusco et conformément au souhait de la République Démocratique du Congo, ce partenariat doit être réévalué pour aboutir à sa fin après les élections de décembre 2023.
Voilà pourquoi, cette réunion RDC - MONUSCO, prévue depuis quelques mois, s'est tenue aujourd'hui sous l'autorité du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.
 Les échanges ont porté sur les conditions d'une collaboration tripartites FARDC-Monusco et Force régionale de la Communauté d'Afrique de l'Est afin de concrétiser les résolutions du mini-sommet de Luanda du 23 novembre 2022 stipulant le cessez-le-feu, le retrait, le désarmement et le cantonnement des éléments du groupe terroriste M23, supplétif du Rwanda dans la guerre d'agression injuste subie par notre pays à l'est de son territoire.
Vendredi 6 janvier 2023 

Réunis autour du commadant suprême des FADRC et PNC, Félix Tshisekedi, les membres du gouvernement concernés, les collaborateurs du Président de la République; et l'état major général des FARDC, avec les partenaires du pays, à savoir la Monusco et la force régionale, ont donc réfléchis sur la planification des actions des opérations entre le 3 forces qui permettra, de ramener la paix et la stabilité dans la partie Est de la RDC.
Sous son nouveau mandat en RDC, la Monusco est appelée à regagner la confiance des congolais, en accordant protection des populations civiles menacées de violences physique, en apportant son appui au programme P-DDRCS,  et à la réforme du secteur de la sécurité. .
La Monusco doit aussi soutenir les FARDC et la Force régionale de la Communauté d'Afrique de l'est dans leurs objectifs de ramener.la.paix et la stabilité à l'est de la RDC. 

Peu avant cette réunion élargie, le Président de République avait convoqué la partie congolaise composée du vice premièr ministre dea affaires étrangères, le Ministre de la défense, le porte parole du gouvernement, le conseiller spécial de chef de l'etat en matière de sécurité, le coordonnateur de la sécurité interne, et le mandataire spécial du Chef de l'état ainsi que l'état major général pour pouvoir mettre en place une stratégie nationale.
Cellcom / présidence.cd



Partager cet article


Les autres unes